Archives mensuelles : janvier 2020

Vous avez dit galette ?

Université de Bordeaux – 29/01/2020

Le 29 janvier 2020, la cérémonie des vœux du Président de l’université de Bordeaux, Manuel Tunon de Lara, rédacteur du rapport sur l’attractivité des emplois de la LPPR, n’a pu avoir lieu. Les galettes sont restées intactes, les bouteilles de Coca fermées, les verres en plastique emballés.

Le hall où s’est tenu l’événement est resté vide, comme le ventre des personnes inscrites afin de participer au « verre de l’amitié ». Nous pouvons remercier l’action d’enseignant.e.s, étudiant.e.s, personnels BIATSS, qui pensent à la santé de notre direction, qui enchaînent les galettes depuis plusieurs semaines.

La volonté de cette action a été de rappeler à notre très cher Président que l’on ne résout pas la question des conditions de travail des étudiant.e.s et des personnels de l’université de Bordeaux à coup de galettes, de groupes de travail et de contrôles d’identité à l’entrée du site.

Les personnes présentes ont bloqué l’accès à la cérémonie et ont pris la parole afin de déclarer publiquement la continuité de notre lutte qui s’oppose à une université libérale, plébiscitant la concurrence de tous contre toutes et la loi du marché.

Malheureusement, Manuel Tunon de Lara a encore une fois brillé par son absence, en refusant d’écouter et de rencontrer ses agents. C’est donc ses valeureux Vices Présidents, qui comme d’habitude, contraints et forcés, ont écouté nos vœux, sans pour autant initier de réel dialogue :

« Monsieur le Président,

A défaut de vous écrire une lettre en espérant que vous la lirez peut être, si vous avez le temps, nous profitons de votre invitation pour exprimer nos vœux : une université juste, gratuite, ouverte à toutes et tous, au service de l’émancipation collective.

Après lecture de votre rapport sur l’attractivité des emplois dans le cadre de la LPPR, nous étudiant.e.s et personnels exprimons collectivement notre colère. Depuis que nous sommes à l’université, nous avons vu nos conditions se dégrader, l’emploi se précariser, la sélection se renforcer et la répression s’intensifier.

En tant que représentant de notre communauté universitaire, vous faites le choix d’accentuer ces inégalités, en participant activement à l’avènement d’une université libérale, plébiscitant la concurrence de tous contre toutes et la loi du marché.

Monsieur le Président, il faut que l’on vous dise, dans ces conditions notre décision est prise, nous refusons de trinquer au verre de l’amitié, et nous partons lutter ! « 

Le collectif Marcel Mauss, les enseignant.e.s, étudiant.e.s, personnels BIATSS de l’université de Bordeaux restent mobilisés contre la LPPR, la réforme des retraites, l’augmentation des frais d’inscription dans l’enseignement supérieur et la privatisation du service public !

Communiqué du Collectif sur la situation de la Victoire et sur les mobilisations actuelles

Communiqué du Collectif Marcel Mauss

Face à la pérennité du mouvement social en cours, nous doctorantes et doctorants, jeunes chercheuses et chercheurs du Collectif Marcel Mauss, réaffirmons notre engagement dans la lutte. La précarisation et la compétition annoncée par la LPPR, loin d’être de simples projections catastrophistes, sont des réalités que nous dénonçons depuis des années et surtout, que nous vivons : multiplication des vacations, gel des postes, incitation à réduire la durée des thèses sur le modèle des sciences non-humaines, injonction passive à l’investissement gratuit, non-reconnaissance de celui-ci a posteriori, paiement par Pôle emploi des temps de recherche (quand les contrats sont terminés ou qu’ils n’ont jamais existé..), cumul d’activité en parallèle pour certain·e·s, augmentation des frais d’inscriptions…C’est pourquoi, au-delà de la LPPR, c’est tout un modèle économique et normatif que l’on veut nous imposer que nous refusons.

Le silence des diagnostics ministériels sur le nombre de jeunes chercheuses et chercheurs effectuant du travail gratuit en attente d’obtenir un poste dans le monde académique, tout comme le peu de considération des instances de direction de l’Université de Bordeaux à l’égard des doctorant·e·s, témoignent de la méconnaissance de notre condition de « jeunes talents ». En effet, les doctorants et doctorantes qui réalisent, tout comme les titulaires, des activités de recherche et d’enseignements, sont considéré-e-s comme de simples étudiant.e.s lorsqu’ils.elles sont coupé.es des discussions institutionnelles qui concernent la recherche ou l’enseignement, mais aussi des informations relatives à leurs lieux de travail (i.e occupation de l’Université de Bordeaux Victoire).  En revanche, nous devenons des collègues lorsque notre travail gratuit participe à l’organisation des séminaires ou des journées d’étude et permet de soulager la charge des titulaires et autres statutaires (surveillance d’examens, parfois délocalisées, report de la charge de cours).

Lors de la fermeture de la Victoire, à aucun moment il n’a été jugé nécessaire de rencontrer nos représentant·e·s. Ce constat n’est pas qu’une conséquence parmi d’autres de la mauvaise gestion de la situation du site occupé. Il reflète la place des doctorant.e.s dans l’Université où la précarité objective de nos conditions d’études et d’emploi collectives est trop souvent réduite à de simples « petites misères » individuelles et subjectives. Elle est même naturalisée et vue comme une étape incontournable à franchir dans nos carrières. Le Graal que représente ces dernières nous place dans une situation de dépendance et de contraintes envers celles et ceux que nous considérons comme des collègues.

En plus de cela, la présidence faillit à ses obligations légales à notre encontre en fermant les portes du lieu de travail de certain-e-s d’entre nous. En effet, contrairement aux annonces ayant accompagnées la fermeture du site de la Victoire, il a été reconnu que l’état du système incendie permettait d’accéder à une partie des locaux sans compromettre la sécurité des personnes dans les lieux. Les arguments d’ordre réglementaire (en partie infondés donc) avancés par la présidence pour justifier cette fermeture masquent difficilement les craintes de cette dernière de voir se propager en son sein une contestation étudiante pourtant légitime.

Cette fermeture nous empêche d’accéder à nos moyens de production : les ordinateurs communs qui, contrairement à ceux personnels, permettent de travailler dans de bonnes conditions. Ces postes de travail détiennent en outre des logiciels onéreux, et indispensables pour la recherche, mais aussi des données sensibles que la loi RGPD nous demande de protéger, notamment via leur conservation et exploitation dans un lieu sécurisé.  L’Université nous permet également d’accéder à un ensemble de ressources cruciales pour nos recherches, notamment via la Bibliothèque Universitaire, qui se trouve dans les locaux estimés non-accessibles. De plus, le stress que cette situation occasionne quand chacun et chacune se trouve isolé.e chez lui/elle derrière son ordinateur est dommageable et problématique, et coupe les liens entretenus avec les membres du laboratoire. Ces mêmes liens qui nous permettent de briser l’individualisation inhérente à notre métier. Enfin, les « solutions » proposées via la délocalisation de nos espaces de travail sur les différents sites de l’immense campus de l’UB sont insensées : pour certain-e-s, cela ajoute plus d’une heure et demie de transports en commun, trajets dont le coût financier, temporel et psychologique n’entre absolument pas en compte.

Pour toutes ces raisons, la mise en place du groupe de travail sur la rédaction d’un protocole de gestion de crise se résumant à la déclinaison des dispositifs de sécurité à mettre en oeuvre pour prévenir la fermeture ou assurer la continuité des activités en cas de fermeture totale ou partielle du site nous apparaît comme une réponse insatisfaisante, peu ambitieuse et on ne peut plus éloignée de nos problématiques quotidiennes. Cette obsession pour la sécurité du matériel et des bâtiments tranche avec le mépris affiché pour l’insécurité grandissante dont doctorant·e·s et jeunes chercheuses font l’expérience. Cette insécurité augmente chaque fois que l’employeur faillit à ses obligations légales (les moyens nécessaires à l’exercice des missions devant être mis à disposition des agents par l’employeur). 

Le renforcement des dispositifs de sécurité ne peut constituer une solution viable et pérenne aux difficultés que rencontre actuellement un nombre croissant d’agent-e-s et d’usager-e-s de l’Université, à l’origine des mobilisations au sein de l’établissement. Pour assurer la continuité des activités, des mesures sociales doivent être prises, les demandes des personnel-le-s et usage-re-s doivent être intégrées au protocole et satisfaites.

Ainsi, nous appelons l’ensemble de nos collègues titulaires à porter et soutenir les revendications suivantes dans les différentes instances de gouvernance de l’université.

Dans l’immédiat, nous demandons :

– La réouverture totale du site de la Victoire, SANS contrôle d’identité à l’entrée 

– La libération d’un amphithéâtre permettant à celles et ceux qui le souhaitent de discuter de la situation politique et sociale actuelle

– Une prolongation de deux mois des contrats pour les salarié.e.s doctorant.e.s de l’Université

– Le remboursement des frais d’inscription de l’année 2019-2020

Nous revendiquons également :

– La suppression des frais d’inscription (qui sont une aberration : payer pour travailler ?) pour TOU-TE-S les doctorant·e·s de l’université de Bordeaux

– Des financements basés sur la durée réelle des thèses et a minima une politique volontaire de l’établissement en matière d’acceptation des demandes de prolongation des contrats doctoraux (disposition prévue par l’article 7 du décret relatif aux doctorants contractuels – Décret n° 2009-464 du 23 avril 2009)

– Une augmentation des dotations aux laboratoires afin de garantir une prise en charge totale de nos frais de terrain et de déplacement 

– Le développement d’un service public universitaire ouvert à toutes et tous, et la reconnaissance de la qualité de ses enseignements et de ses productions scientifique