Archives de l’auteur : Marcel.le Mauss

Violences sexuelles dans l’enseignement supérieur et la recherche : il n’y a pas de neutralité !

Nous souhaitons partager un article consultable dans sa version originale ici. Même s’il date d’un an, il est toujours d’actualité, voire réactivé avec les récentes implications du politiste Olivier Duhamel. Les luttes féministes sont nécessaires, et ne s’arrêtent jamais !

L’Association Française de Sociologie a diffusé en date du 11 février 2020 un communiqué intitulé « Mise en place d’un groupe de travail sur les violences sexistes, sexuelles et de genre » Ce communiqué est inédit. Il marque un tournant dans notre profession en nous invitant à agir collectivement face aux situations de violences sexuelles sur nos lieux de travail (dans nos congrès mais aussi dans nos laboratoires, nos départements, nos séminaires, etc.). Cette prise de position, qui fait suite à des années de mobilisation du CLASCHES (Collectif de lutte anti-sexiste contre le harcèlement sexuel dans l’enseignement supérieur et la recherche), est salutaire. Elle doit aboutir à une véritable prise de conscience collective qui seule permettra d’en finir avec de tels agissements.

La prise de position de l’AFS est aussi l’occasion pour nous, enseignant·es et/ou chercheur·es en sciences sociales, de lancer un appel à notre communauté professionnelle : chacun·e de nous doit apprendre à réagir face aux dénonciations de violences sexuelles ! En effet, trop souvent encore, quand des collègues ou des étudiant·es osent en parler, les réactions immédiates protègent le mis-en-cause et renforcent la violence subie par la personne dénonçant les violences.

Ainsi, lorsqu’est évoquée, au détour d’un séminaire ou d’une pause-café, une « affaire » de violences sexuelles dans notre communauté professionnelle, on entend encore trop souvent :
– « C’est compliqué, il vaut mieux rester neutre ».
– « Est-ce qu’elle a porté plainte ? » – « Non, elle a préféré ne pas porter plainte » – « Ça ne doit donc pas être si grave ».
– « Est-ce qu’elle a porté plainte ? » – « Oui » – « Alors, attendons l’issue de la procédure, il faut rester neutre » (et d’ailleurs, s’il est condamné, il aura suffisamment payé).
– « Concrètement, il s’est passé quoi ? » – « Ah bon, y’a pas mort d’homme ».
– « Ah, c’est Untel qui est mis en cause ? Non, je n’y crois pas. C’est quelqu’un de bien ».
– « Attention à la diffamation, il faut rester neutre ».
– « On ne va pas cesser les collaborations avec lui, se priver de ce bon chercheur, on ne va pas se substituer au juge, il faut rester neutre ».
– « On ne va pas la dénigrer mais quand même… elle s’est mise dans une situation-limite, non ? ».
– « Elle ne serait pas en train de régler des comptes professionnels ? En tout cas, cette plainte, ça en arrange bien certains et certaines ».
– « Il vaut mieux ne pas faire trop de bruit tant qu’elle n’a pas soutenu, c’est mieux pour elle ; mais si elle préfère arrêter, ça se comprend ».
– « Si elle n’est plus à l’aise en sa présence, elle peut ne pas venir à la prochaine réunion ou au prochain colloque, pas de problème, on comprend ».
– « Le papier qu’elle préparait pour le numéro de revue en commun avec lui, si elle ne le sent plus, elle peut le retirer. On comprend ».

Adoptées souvent par souci de « neutralité », ces réactions et attitudes n’ont pourtant rien de neutre dans leurs conséquences. Elles favorisent le déni et valorisent le business as usual. In fine, elles protègent le mis-en-cause et renforcent la violence subie par la personne dénonçant les violences.

A tout cela, nous voulons répondre :

– Premièrement, en tant que chercheur·es en sciences sociales, et en tant que spécialistes du genre et de la sexualité pour certain·es d’entre nous, nous ne pouvons attendre, pour reconnaître la parole des personnes ayant subi des violences sexuelles et lui donner du crédit, l’issue de procédures pénales dont les enquêtes – aussi bien statistiques qu’ethnographiques et historiques – montrent la durée, les embûches et les biais en défaveur des plaignant·es.

– Deuxièmement, ce type de réactions se focalise sur les coûts professionnels pour la personne mise en cause et passe sous silence les conséquences pour la personne qui a subi les violences sexuelles et qui ose les dénoncer. Pour celle-ci, par-delà les conséquences personnelles, les coûts professionnels sont immédiats et systématiques. Il suffit de regarder autour de nous pour les observer, ils se font sentir très vite : interruption de son travail de mémoire ou de thèse, impossibilité de continuer ses collaborations avec son agresseur, exclusion et auto-exclusion des réunions de travail, séminaires, colloques, jurys, comités où il pourrait être présent, difficulté à maintenir un papier dans des numéros ou ouvrages communs, difficulté à soumettre un article à une revue dont il pourrait être l’évaluateur, à candidater à un concours de recrutement dont il serait membre du jury… Dans ces conditions, ne rien dire, ne rien faire, c’est accentuer activement l’asymétrie des conséquences de la dénonciation au profit du mis-en-cause et au détriment de la personne qui dénonce les faits.

Faut-il encore et toujours rappeler que dénoncer des violences sexuelles subies est non seulement un risque personnel et professionnel mais que cela n’apporte jamais aucun bénéfice de carrière, au contraire ? Que dénoncer « par plaisir » ou « par opportunisme » n’existe pas ? Que la question du consentement sexuel n’est pas plus « compliquée » que celle du consentement à une tasse de thé (cf. cette courte vidéo bien connue: https://www.youtube.com/watch?v=S-50iVx_yxU) ?

Il est temps de bannir ces réactions et attitudes qui infligent une violence supplémentaire aux personnes qui osent dénoncer les violences sexuelles qu’elles ont subies, et contribuent à protéger les agresseurs. Nous nous devons d’adopter d’autres réactions et comportements, de croire la parole des collègues et étudiant·es qui paient immédiatement et cher le fait d’avoir le courage de dénoncer ces violences. De les protéger et pas leurs agresseurs !

Sous couvert de « neutralité », nous contribuons collectivement à renforcer l’asymétrie. Nous portons, chacun et chacune d’entre nous, la responsabilité que cela ne se passe plus comme ça.

Une personne a subi des violences sexuelles,
faisons en sorte qu’elle ne subisse pas aussi des violences professionnelles !

Un docteur en sociologie de l’université de Bordeaux menacé d’expulsion !

Le Collectif Marcel Mauss partage cette lettre écrite par le doctorant à l’attention des pouvoirs publics. Une cagnotte de soutien a été créée : https://www.helloasso.com/associations/collectif%20marcel%20mauss/collectes/soutien-economique-et-politique-a-notre-collegue-menace-d-expulsion

Madame, Monsieur,


Je suis résident en France depuis le 28 septembre 2010, originaire du Sénégal et docteur en sociologie de l’Université de Bordeaux en novembre 2020. J’ai fait tout mon cursus universitaire (L1-Doctorat) en France. Vous serez sans doute étonné.e que ma requête, en tant qu’un des « premiers de cordée », concerne l’obtention d’un titre de séjour digne et régulier que votre administration me refuse. Comme vous, je crois à l’appel des premiers de cordée et surtout au « mérite ». Je crois aussi à la justice et à l’humanité.


Ce matin à mon réveil, j’ai reçu deux nouvelles : toutes des mauvaises venant de l’administration française. A cet effet, je me suis permis de vous écrire non pas uniquement pour plaider la cause d’une voix singulière longtemps silencieuse, mais pour donner échos à ses choeurs pluriels qui n’ont point d’écoute. Lorsqu’un.e Préfet.e ordonne une obligation de quitter le territoire français (OQTF) pour des étrangers dont le seul tort est la réussite professionnelle et sociale, il vous appartient, me semble-t-il, de rappeler ce qu’on entend par le premier de cordée et le mérite à la française.

Madame, Monsieur,


Cela fait 10 ans que je réside en France, alternant entre études universitaires et activité professionnelle. J’ai payé 155,75 € d’impôt par mois pendant toute l’année 2019. Je viens d’effectuer ma soutenance de doctorat après plusieurs années de recherche et d’enseignement au sein de plusieurs établissements français (Université, IRTS etc.) et je risque aujourd’hui d’être obligé de quitter le territoire français alors même que j’occupe un emploi et que je suis intégré au sein de deux projets de recherche (Projet UDCASS Dordogne ; Projet Africa 2020 CALCUL MENTAL Martinique/Sénégal). Mon emploi actuel m’amène à m’occuper de jeunes en difficultés, en conflit avec la loi que j’aide à trouver une nouvelle voie dans la société française. Parmi ces jeunes, il y a parfois des mineurs non accompagnés à qui l’on impose de s’intégrer, d’épouser les valeurs de la République et celle du travail.


Comment devrais-je convaincre ces jeunes français.e.s étant nés et ayant grandis dans les zones difficiles et qui sont à la merci de la délinquance que la voie de salut est le travail ? Ces jeunes dont j’ai pris soin durant les deux périodes de confinement. Comment devrais-je expliquer ma situation à ces jeunes mineur.e.s étranger.e.s non accompagné.e.s qui rêvent de la France du mérite et du travail ? Comment dois-je expliquer ma situation à ces jeunes placés dans notre Centre d’Education Renforcée qui rêvent peut-être de devenir comme moi ?


Une chose est sûre, au nom d’une société juste, je n’ai pas le droit de leur dire : « Bon…après 10 ans de résidence régulière en France, entre étude et travail (Docteur d’État de surcroît,) vous n’aurez pas le droit à un titre de séjour normal qui vous permettra de travailler sans problème. Je ne peux leur dire que cela ne sert à rien de se battre pour réussir ici ou ailleurs. Je ne pense pas que c’est le message que la France veut renvoyer à tou.t.e.s celles et ceux qui la croient être un espoir.


Madame, Monsieur,


Si celles et ceux qui travaillent et qui réussissent n’ont pas leur place en France, qui donc a sa place dans le pays des droits de L’Homme ? Dans l’intérêt de ce qu’incarne la France à travers le monde, il vous revient de rétablir la dignité et l’Humanité de la France en lui redonnant sa raison et ce qui fait le coeur de ses principes républicains. N’attendez pas que la France se vide de ses talents qui vont vers de nouveaux horizons alors qu’elle même a participé à leur génie.


Maintenant, qu’allez-vous faire pour ces nombreux cas, comme moi, contraints de se battre contre l’administration pour mendier une « miette de compassion » pour que leurs droits élémentaires soient respectés ? Mettre dans des camps de rétention ? Expulser ?


Je reste persuadé que vous allez agir autrement, vous qui avez eu la bonne idée de reconnaître la mobilisation des étranger.è.r.e.s qui se sont exposé.e.s lors de la première période du confinement pour permettre à la vie sociale et économique de continuer. J’en fais partie. Qu’attendez-vous donc Madame, Monsieur ?


Veuillez croire, Madame, Monsieur à l’expression de ma considération distinguée et vive.

Tome n°1: Mouvements sociaux et écologie

Responsable de la revue : Clément Reversé.

Comité de lecture: Lauréna Haurat, Morgane Jouaret, Hyppolyte Koua, Mathilde Labrunie, Glenn Mainguy, Adrien Ostolski, Sarah Perrin.

Comité de rédaction: Adrien Ostolski, Clément Reversé

Version complète

Vous avez dit galette ?

Université de Bordeaux – 29/01/2020

Le 29 janvier 2020, la cérémonie des vœux du Président de l’université de Bordeaux, Manuel Tunon de Lara, rédacteur du rapport sur l’attractivité des emplois de la LPPR, n’a pu avoir lieu. Les galettes sont restées intactes, les bouteilles de Coca fermées, les verres en plastique emballés.

Le hall où s’est tenu l’événement est resté vide, comme le ventre des personnes inscrites afin de participer au « verre de l’amitié ». Nous pouvons remercier l’action d’enseignant.e.s, étudiant.e.s, personnels BIATSS, qui pensent à la santé de notre direction, qui enchaînent les galettes depuis plusieurs semaines.

La volonté de cette action a été de rappeler à notre très cher Président que l’on ne résout pas la question des conditions de travail des étudiant.e.s et des personnels de l’université de Bordeaux à coup de galettes, de groupes de travail et de contrôles d’identité à l’entrée du site.

Les personnes présentes ont bloqué l’accès à la cérémonie et ont pris la parole afin de déclarer publiquement la continuité de notre lutte qui s’oppose à une université libérale, plébiscitant la concurrence de tous contre toutes et la loi du marché.

Malheureusement, Manuel Tunon de Lara a encore une fois brillé par son absence, en refusant d’écouter et de rencontrer ses agents. C’est donc ses valeureux Vices Présidents, qui comme d’habitude, contraints et forcés, ont écouté nos vœux, sans pour autant initier de réel dialogue :

« Monsieur le Président,

A défaut de vous écrire une lettre en espérant que vous la lirez peut être, si vous avez le temps, nous profitons de votre invitation pour exprimer nos vœux : une université juste, gratuite, ouverte à toutes et tous, au service de l’émancipation collective.

Après lecture de votre rapport sur l’attractivité des emplois dans le cadre de la LPPR, nous étudiant.e.s et personnels exprimons collectivement notre colère. Depuis que nous sommes à l’université, nous avons vu nos conditions se dégrader, l’emploi se précariser, la sélection se renforcer et la répression s’intensifier.

En tant que représentant de notre communauté universitaire, vous faites le choix d’accentuer ces inégalités, en participant activement à l’avènement d’une université libérale, plébiscitant la concurrence de tous contre toutes et la loi du marché.

Monsieur le Président, il faut que l’on vous dise, dans ces conditions notre décision est prise, nous refusons de trinquer au verre de l’amitié, et nous partons lutter ! « 

Le collectif Marcel Mauss, les enseignant.e.s, étudiant.e.s, personnels BIATSS de l’université de Bordeaux restent mobilisés contre la LPPR, la réforme des retraites, l’augmentation des frais d’inscription dans l’enseignement supérieur et la privatisation du service public !

Communiqué du Collectif sur la situation de la Victoire et sur les mobilisations actuelles

Communiqué du Collectif Marcel Mauss

Face à la pérennité du mouvement social en cours, nous doctorantes et doctorants, jeunes chercheuses et chercheurs du Collectif Marcel Mauss, réaffirmons notre engagement dans la lutte. La précarisation et la compétition annoncée par la LPPR, loin d’être de simples projections catastrophistes, sont des réalités que nous dénonçons depuis des années et surtout, que nous vivons : multiplication des vacations, gel des postes, incitation à réduire la durée des thèses sur le modèle des sciences non-humaines, injonction passive à l’investissement gratuit, non-reconnaissance de celui-ci a posteriori, paiement par Pôle emploi des temps de recherche (quand les contrats sont terminés ou qu’ils n’ont jamais existé..), cumul d’activité en parallèle pour certain·e·s, augmentation des frais d’inscriptions…C’est pourquoi, au-delà de la LPPR, c’est tout un modèle économique et normatif que l’on veut nous imposer que nous refusons.

Le silence des diagnostics ministériels sur le nombre de jeunes chercheuses et chercheurs effectuant du travail gratuit en attente d’obtenir un poste dans le monde académique, tout comme le peu de considération des instances de direction de l’Université de Bordeaux à l’égard des doctorant·e·s, témoignent de la méconnaissance de notre condition de « jeunes talents ». En effet, les doctorants et doctorantes qui réalisent, tout comme les titulaires, des activités de recherche et d’enseignements, sont considéré-e-s comme de simples étudiant.e.s lorsqu’ils.elles sont coupé.es des discussions institutionnelles qui concernent la recherche ou l’enseignement, mais aussi des informations relatives à leurs lieux de travail (i.e occupation de l’Université de Bordeaux Victoire).  En revanche, nous devenons des collègues lorsque notre travail gratuit participe à l’organisation des séminaires ou des journées d’étude et permet de soulager la charge des titulaires et autres statutaires (surveillance d’examens, parfois délocalisées, report de la charge de cours).

Lors de la fermeture de la Victoire, à aucun moment il n’a été jugé nécessaire de rencontrer nos représentant·e·s. Ce constat n’est pas qu’une conséquence parmi d’autres de la mauvaise gestion de la situation du site occupé. Il reflète la place des doctorant.e.s dans l’Université où la précarité objective de nos conditions d’études et d’emploi collectives est trop souvent réduite à de simples « petites misères » individuelles et subjectives. Elle est même naturalisée et vue comme une étape incontournable à franchir dans nos carrières. Le Graal que représente ces dernières nous place dans une situation de dépendance et de contraintes envers celles et ceux que nous considérons comme des collègues.

En plus de cela, la présidence faillit à ses obligations légales à notre encontre en fermant les portes du lieu de travail de certain-e-s d’entre nous. En effet, contrairement aux annonces ayant accompagnées la fermeture du site de la Victoire, il a été reconnu que l’état du système incendie permettait d’accéder à une partie des locaux sans compromettre la sécurité des personnes dans les lieux. Les arguments d’ordre réglementaire (en partie infondés donc) avancés par la présidence pour justifier cette fermeture masquent difficilement les craintes de cette dernière de voir se propager en son sein une contestation étudiante pourtant légitime.

Cette fermeture nous empêche d’accéder à nos moyens de production : les ordinateurs communs qui, contrairement à ceux personnels, permettent de travailler dans de bonnes conditions. Ces postes de travail détiennent en outre des logiciels onéreux, et indispensables pour la recherche, mais aussi des données sensibles que la loi RGPD nous demande de protéger, notamment via leur conservation et exploitation dans un lieu sécurisé.  L’Université nous permet également d’accéder à un ensemble de ressources cruciales pour nos recherches, notamment via la Bibliothèque Universitaire, qui se trouve dans les locaux estimés non-accessibles. De plus, le stress que cette situation occasionne quand chacun et chacune se trouve isolé.e chez lui/elle derrière son ordinateur est dommageable et problématique, et coupe les liens entretenus avec les membres du laboratoire. Ces mêmes liens qui nous permettent de briser l’individualisation inhérente à notre métier. Enfin, les « solutions » proposées via la délocalisation de nos espaces de travail sur les différents sites de l’immense campus de l’UB sont insensées : pour certain-e-s, cela ajoute plus d’une heure et demie de transports en commun, trajets dont le coût financier, temporel et psychologique n’entre absolument pas en compte.

Pour toutes ces raisons, la mise en place du groupe de travail sur la rédaction d’un protocole de gestion de crise se résumant à la déclinaison des dispositifs de sécurité à mettre en oeuvre pour prévenir la fermeture ou assurer la continuité des activités en cas de fermeture totale ou partielle du site nous apparaît comme une réponse insatisfaisante, peu ambitieuse et on ne peut plus éloignée de nos problématiques quotidiennes. Cette obsession pour la sécurité du matériel et des bâtiments tranche avec le mépris affiché pour l’insécurité grandissante dont doctorant·e·s et jeunes chercheuses font l’expérience. Cette insécurité augmente chaque fois que l’employeur faillit à ses obligations légales (les moyens nécessaires à l’exercice des missions devant être mis à disposition des agents par l’employeur). 

Le renforcement des dispositifs de sécurité ne peut constituer une solution viable et pérenne aux difficultés que rencontre actuellement un nombre croissant d’agent-e-s et d’usager-e-s de l’Université, à l’origine des mobilisations au sein de l’établissement. Pour assurer la continuité des activités, des mesures sociales doivent être prises, les demandes des personnel-le-s et usage-re-s doivent être intégrées au protocole et satisfaites.

Ainsi, nous appelons l’ensemble de nos collègues titulaires à porter et soutenir les revendications suivantes dans les différentes instances de gouvernance de l’université.

Dans l’immédiat, nous demandons :

– La réouverture totale du site de la Victoire, SANS contrôle d’identité à l’entrée 

– La libération d’un amphithéâtre permettant à celles et ceux qui le souhaitent de discuter de la situation politique et sociale actuelle

– Une prolongation de deux mois des contrats pour les salarié.e.s doctorant.e.s de l’Université

– Le remboursement des frais d’inscription de l’année 2019-2020

Nous revendiquons également :

– La suppression des frais d’inscription (qui sont une aberration : payer pour travailler ?) pour TOU-TE-S les doctorant·e·s de l’université de Bordeaux

– Des financements basés sur la durée réelle des thèses et a minima une politique volontaire de l’établissement en matière d’acceptation des demandes de prolongation des contrats doctoraux (disposition prévue par l’article 7 du décret relatif aux doctorants contractuels – Décret n° 2009-464 du 23 avril 2009)

– Une augmentation des dotations aux laboratoires afin de garantir une prise en charge totale de nos frais de terrain et de déplacement 

– Le développement d’un service public universitaire ouvert à toutes et tous, et la reconnaissance de la qualité de ses enseignements et de ses productions scientifique

Collectif Marcel Mauss

Le Collectif Marcel Mauss a pour but d’accompagner et de valoriser les activités des jeunes chercheurs et chercheuses en sciences sociales de l’Université de Bordeaux. Il se donne également pour objectif d’être un pour elles et eux un lieu de rencontre, d’information et d’échanges culturels et scientifiques, ainsi qu’un relais de leurs intérêts.
Dans ce cadre, le Collectif souhaite faciliter les échanges entre étudiant.e.s et doctorant.e.s notamment par la création d’un cahier de recherche « Don et Réciprocité » qui regroupe et valorise les travaux de recherche d’étudiant.e.s. Dans cette continuité, la diffusion de ce cahier sur un outil numérique permet d’augmenter la visibilité de leurs travaux ainsi que de mettre en avant l’intérêt de la recherche étudiante.
Dans le même temps, le Collectif Marcel Mauss s’intéresse à la place des doctorant.e.s dans la vie politique ainsi que son rôle dans la sphère académique. Il réfléchit à ce statut, d’étudiant et travailleur de la recherche, au sein de l’Université et souhaite apporter de nouvelles orientations à ce dernier.